Gendarmerie royale du Canada

Substances : illégales et réglementées

Sur cette page

  1. Consommation de substances et troubles liés à la consommation de substances
  2. Raisons qui poussent à consommer de la drogue ou d'autres substances
  3. Types de drogues et substances
  4. Mesures à prendre
  5. Aider une autre personne
  6. Législation canadienne
  7. Ressources

Consommation de substances et troubles liés à la consommation de substances

Les termes « consommation de substances » désignent l'usage de toute substance dans le but de modifier le fonctionnement de l'organisme ou de l'esprit (par exemple : l'alcool, les opioïdes (fentanyl, oxycodone, héroïne), la MDMA (ecstasy), la méthamphétamine et le cannabis).

La consommation de substances désigne l'usage de substances :

  • d'une façon contre-indiquée,
  • provenant de sources illégales,
  • en quantité supérieure à la dose recommandée,
  • d'une façon qui nuit à ses activités quotidiennes et à ses relations avec les autres.

On parle de troubles liés à la consommation de substances lorsqu'une personne consomme régulièrement et sur une longue période de la drogue tout en sachant les risques qui en découlent. Le consommateur peut :

  • avoir une dépendance psychologique ou
  • avoir une dépendance physique et
  • ressentir des symptômes de sevrage s'il ne consomme pas à certains intervalles.

À la longue, l'organisme s'habitue à la substance ou à la drogue et le consommateur a besoin d'une plus grande dose pour ressentir les mêmes effets.

La plupart des drogues et substances se retrouvent dans une des quatre catégories suivantes :

  • les stimulants (cocaïne, meth, speed, Ritalin, par exemple), des drogues qui rendent hyperactif et très alerte;
  • les dépresseurs (Xanax, alcool, Paxil, Valium, par exemple), des drogues qui ralentissent l'organisme et l'esprit;
  • les analgésiques narcotiques, opiacés ou opioïdes (fentanyl, héroïne, morphine, carfentanil, par exemple), de puissants antidouleurs qui provoquent rapidement un sentiment d'euphorie;
  • les hallucinogènes (LSD, ecstasy, mescaline, champignons magiques, par exemple), des drogues qui altèrent la perception de la réalité et amènent à imaginer des choses et des objets qui semblent réels.

Raisons qui poussent à consommer de la drogue ou d'autres substances

Une personne peut consommer de la drogue ou d'autres substances pour diverses raisons, par exemple :

  • rébellion – pour se rebeller contre les parents, les soignants ou une autre figure d'autorité;
  • maladie mentale – pour gérer les symptômes d'une maladie mentale (diagnostiquée ou non par un professionnel de la santé);
  • relaxation ou plaisir;
  • curiosité – pour connaître les effets d'une drogue ou vivre une expérience;
  • se sentir plus confiant;
  • mécanisme d'adaptation – pour gérer le stress et oublier ses problèmes ou un traumatisme;
  • influence des pairs – ou par volonté d'appartenir à un groupe d'amis ou autres qui consomment;

Le saviez-vous?

Consommer du cannabis dès le début de l'adolescence, de façon régulière et sur une longue période peut engendrer une dépendance. On estime qu'environ 1 consommateur de cannabis sur 11 développera une dépendance.

Ressources

Types de drogues et substances

Voici quelques exemples de drogues et de substances réglementées et illégales :

Ressources

Mesures à prendre

Si quelqu'un t'incite à essayer des drogues ou d'autres substances, tu peux :

  • répondre avec humour;
  • prétexter un problème de santé qui pourrait s'aggraver (asthme ou bronchite);
  • répondre que de vrais amis ne forcent pas à faire des choses dont on n'a pas envie;
  • trouver une excuse pour partir ou dire que tu as des activités prévues le lendemain;
  • si tu ressens beaucoup de pression, concentre-toi sur les choses qui sont vraiment importantes pour toi. Demande-toi quelles répercussions ta décision pourrait avoir sur ta vie (études au collège ou à l'université, programme d'apprentissage, équipe sportive, groupe de musique de l'école ou autre club dont tu souhaites faire partie, relations, etc.). Réponds que tu préfères te concentrer sur cela.

Résister à la pression n'est pas simple. Si tes amis insistent, tu devrais peut-être changer de cercle d'amis pour t'entourer de personnes qui ont les mêmes intérêts que toi ou parler à une personne susceptible de t'appuyer. Pour obtenir des conseils sur la façon de résister à la pression, visite le site Web Obtenir de l'aide concernant la consommation de substances.

Aider une autre personne

Si une personne que tu connais ou toi-même avez besoin d'aide :

  • un conseiller d'orientation à l'école ou un travailleur des services à la jeunesse;
  • un médecin ou un autre professionnel de la santé;
  • un parent ou tout autre membre de la famille.

Signes de surdose

Une surdose se produit lorsqu'une personne prend une ou plusieurs drogues en une quantité ou une combinaison qui dépasse ce que son organisme peut supporter. De nombreux types de drogues peuvent provoquer une surdose, y compris celles utilisées à des fins récréatives, achetées en vente libre ou prescrites : alcool, acétaminophène, opioïdes, etc. Les surdoses peuvent avoir des conséquences graves, causer des lésions cérébrales permanentes et même la mort.

Les signes d'une surdose dépendent du type de drogue consommée.

Stimulants (par exemple cocaïne, méthamphétamine, MDMA)

  • confusion
  • panique
  • hallucinations
  • grande agitation, hostilité ou violence
  • douleurs thoraciques
  • difficulté à respirer
  • transpiration
  • tremblements ou convulsions
  • vomissements
  • inconscience et perte de conscience

Dépresseurs et opioïdes (par exemple héroïne, fentanyl, alcool, GHB, morphine)

  • respiration superficielle ou irrégulière, ou absence totale de respiration
  • étourdissement ou désorientation
  • peau froide ou moite
  • pupilles extrêmement petites
  • impossibilité de se réveiller ou immobilité
  • étouffement ou toux, gargouillement ou ronflement
  • décoloration des lèvres et des ongles
  • fréquence cardiaque lente ou absence de pouls

Si tu crois qu'une personne fait une surdose, compose immédiatement le 9-1-1!

Loi sur les bons samaritains

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose fait partie de l'approche globale du gouvernement pour résoudre la crise des surdoses. Elle vise à inciter les Canadiens à sauver des vies lorsqu'ils sont témoins d'une surdose.

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose offre une certaine protection juridique aux personnes qui, victimes ou témoins d'une surdose, composent le 9-1-1 ou appellent les urgences locales.

Cette loi peut te protéger :

La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose s'applique à quiconque demande l'aide des secours lors d'une surdose, y compris la victime elle-même. La Loi protège la personne qui demande de l'aide, peu importe si elle reste ou si elle quitte les lieux avant l'arrivée des secours. La Loi protège également quiconque demeure sur les lieux à l'arrivée des secours.

La Loi n'accorde pas de protection juridique dans le cas d'infractions plus graves telles que :

  • des mandats non exécutés;
  • la production et le trafic de substances désignées;
  • tous les autres crimes non précisés par la Loi.

Sauver une vie

Il est important de rester sur place afin de contribuer à sauver la personne qui fait une surdose.

Les témoins devraient :

  • appeler les secours;
  • être prêt à agir en transportant sur soi de la naloxone à utiliser lorsqu'on soupçonne une surdose d'opioïde;
  • prodiguer les premiers soins, y compris la réanimation cardio-pulmonaire (RCP), si nécessaire, jusqu'à l'arrivée des secours;
  • rester calmes et rassurer la personne que les secours sont en route.

Parlez à votre entourage de la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose.

Législation canadienne

La législation concernant les substances réglementées se trouve dans les documents suivants :

La législation canadienne a été élaborée conformément à la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 des Nations Unies, telle que modifiée par le Protocole de 1972, et conformément à la Convention de 1971 sur les substances psychotropes des Nations Unies. Les conventions internationales de même que les articles et annexes connexes se trouvent sur le site Web de l'Organe international de contrôle des stupéfiants.

Ressources

Autres ressources utiles

Date de modification :