Gendarmerie royale du Canada

Reconnaître les victimes de la traite de personnes

Sur cette page

  1. Traite de personnes
  2. Passage de clandestins
  3. Types of exploitation
  4. Traite intérieure et internationale de personnes
  5. Tactiques de recrutement
  6. Facteurs de risque
  7. Signes avant-coureurs
  8. Lois s'appliquant au Canada
  9. Rôle de la GRC
  10. Sources pour les enquêtes

Traite de personnes

C'est une activité criminelle consistant à tromper, à capturer ou à déplacer des personnes et à les exploiter pour s'enrichir. Les victimes sont souvent forcées à se prostituer ou à travailler.

Passage de clandestins

Différent de la traite de personnes, le passage de clandestins consiste à faire traverser la frontière d'un pays à des personnes, en échange d'argent. Lorsque le clandestin arrive à sa destination, le passeur et lui se séparent. Il arrive que la personne ayant accepté d'entrer illégalement dans un pays devienne plus tard victime de traite.

Types of exploitation

Les victimes de la traite de personnes sont exploitées de plusieurs façons :

Exploitation sexuelle
Les victimes sont forcées à se prostituer, à travailler dans des salons de massage et à travailler dans des services d'escorte ou l'industrie du divertissement pour adultes.
Travail forcé
Les victimes sont amenées à travailler dans des conditions difficiles, comme de longues heures, en étant pas ou peu rémunérées ou dans des milieux dangereux (comme la construction ou l'agriculture). Les victimes peuvent être obligées de travailler comme soignantes pendant des heures exagérées et de faire toutes sortes de tâches non liées à leur travail.
Prélèvement d'organes
Les victimes font l'objet d'un trafic d'organes quand l'offre est faible et que la demande est élevée. Ce type de traite n'est pas répandu au Canada.

Traite intérieure et internationale de personnes

La traite de personnes peut survenir n'importe où (à l'intérieur d'un pays ou d'un pays à un autre ou au sein d'une petite communauté) et peut impliquer des réseaux du crime organisé.

Traite intérieure de personnes
Les victimes font l'objet de trafic au Canada. Elles peuvent être des citoyens, des touristes, des étudiants ou des détenteurs de permis de travail.
Traite internationale de personnes
Les victimes sont déplacées d'un pays à un autre. Dans ce contexte aussi, le statut des victimes au Canada n'a pas d'importance.

Tactiques de recrutement

Les trafiquants rencontrent leurs victimes en personne, en ligne ou par l'entremise de connaissances ou d'amis communs.

Ils peuvent utiliser les tactiques suivantes :

  • ils inondent leurs victimes d'affection et de cadeaux (ex. bijoux, vêtements et sacs à main griffés);
  • ils leur promettent une vie prestigieuse et de l'argent;
  • ils leur offrent du travail, des études ou de l'aide financière pour leur famille.

Ils peuvent approcher leurs victimes :

  • en prétendant être un petit ami, copain ou parrain;
  • en annonçant des emplois et d'autres offres dans les journaux ou en ligne;
  • en les menaçant ou en les enlevant;
  • en communiquant avec elles sur les plateformes de médias sociaux.

Facteurs de risque

Les trafiquants s'attaquent à n'importe qui. Ils sont d'habiles manipulateurs et prédateurs et savent exploiter les vulnérabilités de leurs victimes, comme :

  • le désir d'être aimé ou le besoin d'appartenance
  • une dépendance
  • des difficultés financières
  • la barrière linguistique

Certaines personnes sont plus vulnérables que d'autres pour des raisons hors de leur contrôle. Ce sont notamment :

  • les travailleurs migrants;
  • les nouveaux arrivants;
  • les jeunes;
  • les Autochtones;
  • les femmes et les filles;
  • les personnes pauvres;
  • les personnes toxicomanes;
  • les personnes ayant vécu de la maltraitance ou un traumatisme;
  • les personnes faisant partie de la communauté 2ELGBTQI+;
  • les personnes touchées par des inégalités socioculturelles.

Personne ne choisit de plein gré d'être exploité.

Signes avant-coureurs

Les victimes de la traite de personnes peuvent :

  • être incapables d'expliquer leur situation;
  • ignorer où se trouvent leurs documents (passeport, pièces d'identité);
  • ne pas connaître la région où elles se trouvent même si elles y ont séjourné longtemps;
  • être incapables de se déplacer ou de quitter leur emploi;
  • avoir des tatouages ou des marques indiquant qu'elles appartiennent à quelqu'un ou à un groupe;
  • venir d'un pays étranger et ne parler ni anglais ni français ou ne pas pouvoir s'exprimer en leur nom;
  • avoir des ecchymoses, présenter des signes de maltraitance ou de malnutrition;
  • montrer des signes qu'elles sont contrôlées, intimidées ou apeurées;
  • se déplacer souvent ou être régulièrement accompagnées par leur trafiquant.

Lois s'appliquant au Canada

La traite de personnes est une infraction criminelle en vertu de plusieurs articles du Code criminel. La Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés contient également plusieurs dispositions qui régissent la traite internationale de personnes. Pour en savoir plus : site Web du ministère de la Justice.

Rôle de la GRC

Dans la lutte contre la traite de personnes, la GRC joue un rôle crucial :

  • elle applique la loi;
  • elle repère des victimes potentielles grâce aux initiatives de sensibilisation et aux enquêtes;
  • elle contribue aux initiatives de prévention de la criminalité;
  • elle collabore avec d'autres corps policiers et organismes gouvernementaux pour échanger de l'information avec eux et coordonner des stratégies.

Sources pour les enquêtes

Pour enquêter sur les cas de traite de personnes, la GRC compte sur diverses sources, notamment :

  • des membres du public ayant signalé des activités suspectes ou la disparition d'une personne ou d'un enfant;
  • des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux (p. ex., qui travaillent à des points d'entrée ou qui collaborent avec des services sociaux et de santé);
  • des partenaires internationaux voués à la lutte contre la traite de personnes;
  • des victimes s'étant échappées de trafiquants;
  • des enquêteurs d'autres organismes d'application de la loi.
Date de modification :